La mort est une naissance

Cette femme a débarqué sur cet angle magnétique

L’esprit démesuré par cette tendre musique

Elle court dans l'avenir de mon âme adulaire

Qui freine ses entrains et cette pierre angulaire

 

Mon ange a débarqué de cette sphère chlorhydrique

Aisance d'un instant pour une  passion chronique

Mon corps embrase son joug et prend l'air pur

Pour enlacer sa joue dans mon écharpe mûre

 

J'entends ta voix mobile, séance tenante

Et  donne l'accent futile à ma petite tente

Qui bientôt abritera les tumultes amoureux

Volupté des ébats qui nous rendra heureux

 

Le temps parait plus doux lorsque Sarah en joue

Et je maquille mes rides comme elle cache ses bijoux

Une famille dérisoire s'oppose à notre gloire

Pour une croix, une étoile, quelle drôle d'histoire !

 

Sarah est catholique et moi très  bucolique

Nos songes nuits épaisses s'étirent et s'affaissent

J'ai une histoire pudique  à te raconter

Elle raconte le jour où tu es née

Passion édulcorée d'une embrouille électrique

C'était au mois de mai, une saison platonique

Mon ange n'est pas déçu de son piédestal

Que je lui ai offert dans ce long dédale

 

Tu pars pour une vie instinctive et descente

Je t'accompagne, Anna, dans ta première pente

Et l'âme de Sarah sera toujours en toi

Tu oublieras le jour qui sonna son glas

 

Les feuilles mortes ressuscitent sous ce soleil de feu

En pleine âge excentrique, tu rumines le jeu

Qui fera de toi, femme de feu ou de foi

Qu'importe le métronome qui entraînera tes pas

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×