Je repars chez moi

C’est toujours une image anodine incertaine

Qui provoque ton humeur irascible  ou sereine

C’est toujours un instant, une seconde de ton temps

Qui produit le déclic d’un choix vif ou méchant

 

La route qu’on se trace délicate ou vorace

Répend sur ton cœur une fierté ou une trace

L’espace invisible et les forces qui l’entourent

Accompagnent ton chemin aride et très court

 

Hé! Il suffit parfois d’un tout petit détail

Pour agir dans un sens ou ouvrir tes entrailles

Le moment est venu de souscrire à une loi

Qui saura t’accompagner sans dépendre d’un nouveau roi

 

La demeure hypocrite que tu rejettes instamment

T’attends mon Hyppolyte, tu mérites ce moment.

N’aie pas peur de rentrer dans une sorte de moule

Aller de ponts en foyers n’est pas un choix cool

 

N’aie pas peur d’être aidé par celui qui te cherche

Trouve en toi l’essentiel pour étendre tes recherches

« Je suis un homme libre et je vis comme je veux

Sur mon front et mes livres, je grave mes jours heureux »

  

L’appétit démoniaque de tes compagnons

Fait de toi, mon p’tit black, un rude et fort " Dalon"

Et d’un coup resurgissent tes racines oubliées

Elles te rendent intrépide, prêt à tout avaler

 

Ban militan na pwin bezwin de twa

Lokreol lé la mon kaf, mon franswa

Imazin limaz mol ki kol a ou kreol

Fini don ton zel ek  ta fors é ton sol

 

Le réyinion lé la mounwar, é zot atan a ou

Amen twa pran lavion é débark  sénou

Barachoi aten à ou pou vider an dodo

Et pi vot famyi lé impasian de te war ti paulo

 

Finalement, Paul est parti sur son île

sans regrets ni larmes de crocodile

la France l'avait figé dans une image

 La réunion lui offrira une autre page

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire