Reprendre le fil de sa vie ?

Tout au long de notre vie, beaucoup d'entre nous ressentent le besoin de faire une halte, de prendre le temps pour faire le point. Pour certains, cet exercice se trouve très difficile à réaliser et pour d'autres non. Lorsque nous sommes en capacité d'engager l'analyse, il faut apprendre dès le début à s'écouter et à rester simple. Exercice souvent plus  difficile qu'on puisse le croire. La vanité restant l'un de nos ennemis naturels le plus dangereux.

L'analyse de nos actes et les conséquences positives ou non sur notre environnement immédiat constitue l'élément vital pour le développement de notre conscience. Elle nous permet de nous repositionner et de comprendre la façon dont nous fonctionnons afin d'éviter de recommencer les même erreurs.

J'ai souhaité ouvrir ce site par cette réflexion un peu bateau, je le concède, mais nécessaire pour avancer. Il est des heures où quand nous ressentons le besoin d'expression, il est primordial de le faire de la façon dont nous le ressentons.

Pierre Blondel, écrivain rouennais qui nous a quitté en 2012 fut un ami qui m'appris cette révérence que nous devons avoir envers la vie, envers ses contemporains et envers soi-même.

Le «Poète, Essayiste et Conférencier » m'a essentiellement appris qu'il fallait toujours rester à la place qui était la notre. J'ai longtemps cru que la mienne se trouvait dans le monde de la politique.


 


je me suis lourdement trompé. Puis, pendant un certain temps, j'ai cru qu'il m'était essentiel de régler des comptes avec mes anciennes relations politiques et là aussi, je me suis lourdement perdu dans des concepts où la haine et la cruauté prenaient le pas sur l'intelligence de l'esprit. Lorsqu'on s'embarque dans de telles extrémités, on reçoit en pleine figure tel un boomerang, les conséquences de nos paroles déplacées.

Oubliée la politique " m'as-tu-vu". Terminée l'analyse grotesque du " c'est moi qui ai raison" . Tout est question de choix et j'ai fait celui de « l' auto-exfiltration » d'un milieu qui m'était néfaste. Il faut être forgé d'un bois ferme pour tenir le coup dans le monde politique sinon, on  y perd son âme...

Plus qu'un espace de réflexion, ce site sera un outil permettant  de multiples connexions culturelles, philosophiques ou sociétales tout en essayant d’éviter de la jouer « intello ».  Il évoquera mes créations, bien évidement, mais il donnera une large place à celle des autres. Nous échangerons, dialoguerons et parfois nous nous rencontrerons pour évoquer nos différences et apprendre la déférence vis-à-vis de l’autre. 

Nous avons ici une porte entre-ouverte sur un "peut-être" sur des vortex littéraires et temporels.

"Le ventrticule gauche" mon premier reccueil, est le premier chemin que j'ai emprunté pour arriver à la destination finale. Je ne sais toujours pas où ce chemin m'enmenera. Je sais juste où il ne m'enmenera plus. Je ne remercierai jamais assez Pierre Blondel pour m'avoir ouvert la voie...

A bientôt


Frédéric Quillet

 

pierre-blondel1.jpg

"Pierre Blondel, restera l'homme dont le rencontre a amené la création de ce site. Merci à toi Pierre.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire